Tags

, , , , ,

J’avais envie de commencer cette année 2018 en vous présentant un projet tout particulier. Il ne s’agit ni de couture, ni de tricot, mais bien de crochet.

Pour celles et ceux qui me suivaient déjà à l’époque, j’ai appris le crochet en avril 2013. A ce moment-là, j’étais tellement emballée qu’après avoir crocheté seulement quelques motifs, je me suis mise en tête de réaliser une couverture en Granny Square. Vous savez, ces petits carrés de crochet de toutes les couleurs que l’on assemble pour faire toute sorte de choses ! Certains peuvent trouver cela vieillot ou kitch mais moi j’étais fascinée ! Certaines réalisations sont justes magnifiques et j’avais très envie d’essayer.

J’ai donc acheté mon fil (Salsa de chez Cheval Blanc) et je me suis lancée. J’ai commencé ma couverture en mars 2013… Oui, vous lisez bien, il y a presque 5 ans ! La couverture en Granny, c’est génial si vous crochetez vite, si vous ne faites que ça, si vous ne prévoyez pas une dimension incroyable ou si vous êtes hyper motivée ! Sinon très honnêtement, quand on débute c’est une mauvaise idée. Parce que c’est bien trop long !

Lorsque j’ai commencé la couverture j’étais à fond ! Je pensais que ça allait aller relativement vite car je pouvais faire 1 voire 2 carrés dans la soirée. Initialement, je voulais en faire 132… et pour compliquer les choses, je voulais qu’ils soient tous différents ! J’étais super organisée, j’avais fait mon grand tableau de toutes les possibilités à 2 ou 3 couleurs, et je cochais au fur et à mesure. Sauf que vous le voyez venir gros comme une maison, à un moment donné j’en ai eu assez de ce projet répétitif et je suis passée à autre chose. Je ne ressortais ce plaid que de temps en temps, lors de voyages dans le Nord ou avec ma maman… ou lorsque j’étais malade et que je ne pouvais pas coudre. A ce rythme, je pensais sincèrement que je n’allais jamais le terminer…

Et puis je suis tombée enceinte. Autant l’immense plaid de 132 carrés me semblait interminable, autant une couverture d’enfant pouvait être jouable. Alors, je me suis lancée un défi : terminer mon plaid en crochet avant l’arrivée du bébé. J’ai décidé de réduire l’objectif à un carré de 9 x 9 Granny. J’étais déjà bien avancée et il ne me restait qu’une quinzaine de carrés à crocheter. Et puis tout assembler.

Je m’y suis donc remise cet été ! J’ai assez rapidement disposé et assemblé les carrés déjà réalisés et j’étais motivée à bloc ! J’avais mes 8 rangs de 9 carrés terminés lorsque j’ai à nouveau eu un coup de mou. Il faut dire que je préfère largement tricoter et j’étais bien plus motivée par la layette que par mon plaid en crochet. J’étais dans les finitions de ma petite brassière orange et dans la planification d’autres projets tricot quand mon mari m’a fait remarquer qu’à ce rythme-là, je ne finirai jamais ma couverture… Il m’a demandé combien de carrés il me restait à faire… Lorsque je lui ai répondu « Je ne sais pas 4 ou 5« , il m’a littéralement rigolé au nez. « Fais-les maintenant et tu seras contente d’avoir terminé ». Il avait tellement raison, c’était ridicule de laisser traîner ce projet pour si peu de travail restant, comparativement à tout ce que j’avais déjà fait. Deux soirs pour faire mes carrés, deux pour assembler la bande et trois ou quatre autres ensuite pour finaliser le tour de la couverture (quasi une pelote par tour tout de même !). Le 18 décembre 2017, elle était terminée.

Et il avait raison mon chéri ! Moi qui ne pouvais plus voir ce plaid en peinture, j’étais très contente de l’avoir terminé. Je ne peux pas dire que je l’aime d’amour, je pense que j’y ai passé trop de temps pour ça. Mais je suis contente de l’avoir et j’aime le regarder. Le fil que j’ai utilisé n’est pas si doux, l’assemblage n’est pas régulier (ça devrait se réparer une fois lavé, si j’ai le courage de le bloquer) mais les couleurs sont belles et le rendu est frais. Et puis, c’est bien plus qu’un simple plaid à mes yeux.

Comme je le disais en introduction, ce projet c’est presque un symbole. Lorsque je repense à ce parcours créatif, je vois une analogie à ce qui se passe dans d’autres sphères de la vie. On commence des choses, on est motivé et à fond. Puis on a un coup de mou, on croit que tout est perdu, que « tant pis » on laisse tomber et on oublie… Et puis un jour l’envie revient ! On dépoussière les choses et on reprend le chemin, le moment est idéal, des personnes nous donnent un coup de pouce… Et on y arrive ! C’est tellement bon de terminer un long projet !

J’avais envie de partager cette expérience avec vous en ce début d’année 2018 pour vous transmettre ce message qui va au-delà de la création :

Quoiqu’il arrive, quelles que soient les embûches ou les détours, si on continue à avancer, même tout doucement, alors un jour on y arrive !

Voilà tout le symbole de ce fameux plaid. Et s’il peut me permettre de retenir cette idée alors il sera vraiment le plus beau plaid du monde ! 

En espérant que mon humble histoire de plaid en crochet vous donnera l’envie de reprendre vos projets délaissés… ♥

***

Patron : Modèle maison : 81 Granny de 4 niveaux assemblés en utilisant la technique de Carina’s Craft blog.
Laine Salsa de chez Cheval Blanc – 1 pelote de chaque couleur au moins + environ 10 blanches (je ne sais plus du tout ce que j’ai acheté au début et j’ai dû faire du réassort en cours de route).
Crochet : 4

Shopping :