Tags

, , ,

Je sais que certaines attentent avec impatience les photos de mon manteau ! Chaque année je réalise cette grosse pièce de la garde-robe et je vous présente aujourd’hui le manteau de 2018, Opium. 

Je vous en ai déjà parlé longuement en vidéo, j’ai cousu le manteau Opium, le dernier né de la marque Deer and Doe. Il s’agit d’un manteau ayant une coupe trapèze assez large, des manches raglans, un joli col tailleur, et d’originales poches origami. Il existe en deux versions : l’une ceinturée et l’autre fermée par des pressions.

J’ai immédiatement craqué pour la version ceinturée du manteau que je trouve tellement féminine ! J’aimais beaucoup l’aspect chic et douillet de la version de présentation. Une douce ampleur de tissu pour se lover dedans, les détails féminins des poches et du col et le petit nœud de ceinture pour cintrer le tout. Un coup de cœur !

Vous le voyez sur les photos… pas de version ceinturée à l’horizon. Je vous explique tout. Pour réaliser ce projet, j’ai pu choisir un lainage qui m’a été offert par Tissus.net. Je voulais réaliser un manteau gris clair et j’étais tout heureuse de trouver ce lainage gris moyen, parfaitement assorti à mon style ! Il n’est malheureusement plus référencé sur le site et je n’ai plus les informations de grammage. Au moment de commander, j’avais vérifié le poids et il était à quelques grammes similaire à celui de la version de la marque. J’étais alors plutôt confiante dans mon choix. D’ailleurs, en préparant ce billet je me rends compte qu’il faisait partie de la sélection sur le blog de Deer and Doe, donc mon raisonnement n’étais pas si à côté de la plaque. A la réception, j’ai eu la surprise de découvrir un lainage d’une jolie couleur mais très épais. Valentin l’a même pris pour du néoprène ! Pour l’anecdote, il s’est moqué de moi tout du long en disant que je cousais un manteau en combinaison de plongée… *Merci Valou !*

Me voilà donc avec mon tissu super épais, la doublure assortie, le fil, le patron découpé… et la certitude que la version ceinturée n’est plus envisageable. Qu’est-ce que je fais ? J’y suis allée quand même, au mieux ça me faisait sortir de ma zone de confort et au pire ça me faisait une toile.

J’ai coupé ma taille habituelle chez Deer and Doe, c’est à dire un 36 qui s’évase en 38. Si j’avais été un peu plus maline et/ou réveillée lorsque j’ai recopié mon patron, j’aurai pu penser que l’ampleur en 36 était largement suffisante pour y passer mes fesses. Mais je n’étais ni maline, ni réveillée alors j’ai fait comme d’habitude en taillant sur deux tailles. Je me désespère un peu moi-même parfois…

Concernant la réalisation, il y a beaucoup de choses à dire. Tout d’abord, d’un point de vue patronage et explications, je n’ai rencontré aucun souci. Toutes les pièces tombent bien et les explications sont détaillées dans le livret. Il y a beaucoup de choses à faire, un manteau c’est un vrai gros projet ! Mais si on se laisse guider par le livret et épaulé au besoin par les pas à pas photos sur le blog de Deer and Doe, le manteau se monte petit à petit et au final le résultat est bluffant.

Voici les différentes étapes dont je me rappelle :

  • L’entoilage : Avant de commencer la couture, vous allez avoir un gros travail d’entoilage. C’est un peu long et, de mon point de vue, pas très marrant à faire, mais c’est primordial pour que la veste ait une jolie tenue. Vous le visualisez mon lainage épais entoilé ? En plusieurs épaisseurs sur le col ? Pfiou… (Plus d’infos sur le blog de Deer and Doe)
  • Les poches passepoilées : on démarre directement par le détail technique du manteau le plus visible, les poches ! Vous allez le voir, la technique n’est pas difficile. Le plus compliqué pour moi a été de piquer mes épaisseurs de tissus sans que tout bouge. Car bien sûr, aucune épingle n’attrapait mes 5 épaisseurs de lainage. J’ai donc tout bâti (en bourinnant comme une dingue avec mon dé à coudre pour enfoncer l’aiguille) avant de coudre. Et même si j’ai été un peu déçue de ma qualité de finition, au final mes poches ne sont pas si mal. Si votre tissu est très épais comme moi, vous pouvez choisir de faire des poches contrastantes dans un tissu plus fin. Ou vous rabatte sur des poches passepoilées classiques. (Plus d’infos sur le blog de Deer and Doe)

  • Le corps du manteau : Cette étape est super facile et rapide à réaliser. Du fait des manches raglans et donc de l’absence d’emmanchure, il n’y a aucun détail technique difficile pour cette partie.
  • Le col : Autre point technique de cette pièce ! Vous avez été plusieurs à avoir rencontré des difficultés avec le col. Pour ma part, j’ai bien compris les explications du premier coup et ma difficulté fut de coudre mes épaisseurs de tissu. Cette étape demande un peu de maîtrise et de patience mais un pas après l’autre et tout se passe bien. (Plus d’infos sur le blog de Deer and Doe)

  • Le glaçage : Cette étape est proposée toute à la fin de la réalisation dans le livret mais j’ai choisi de la réaliser avant la pose de la doublure. Le glaçage consiste à coudre à la main les rentrés d’ourlets du bas et des manches au manteau, afin que ceux-ci restent bien en place et ne se déplie pas au porté. C’est un travail à la main un peu long mais j’aime bien faire cela ! Je regrette de n’avoir pas glacé la parementure également car elle ressort lorsque je ferme mon manteau.
  • La doublure : La doublure est cousue de façon à obtenir des finitions propres et sans coutures visibles. J’ai trouvé les explications très bien détaillées et illustrées, à nouveau je n’ai pas trouvé de point bloquant pour cette étape. J’ai choisi une doublure de manteau classique et j’ai posé un biais blanc entre celle-ci et mon lainage pour contraster.

  • Le lien à nouer : Impossible pour moi de le retourner, il a donc terminé à la poubelle ! Vous avez été nombreuses à me dire de faire des passants et une ceinture dans un autre tissu. Merci pour vos propositions mais cela ne me convient pas pour plusieurs raisons. Tout d’abord, je n’aime pas les mélanges de matières sur une pièce comme celle-ci. C’est une affaire de goût personnel, je n’aime pas ajouter du cuir, des motifs ou toute autre fantaisie sur un manteau ou une veste. Je ne sais pas si je vous l’ai déjà dit mais ma devise c’est less is more*! (le moins c’est le mieux), cela résume bien mon état d’esprit. Ensuite, même si je ceinturai le manteau, le tombé serait vilain. Et oui, même avec une ceinture mon tissu est toujours aussi lourd et raide ! Le mieux pour lui c’est de le laisser vivre sa vie de raideur…Impossible de le contraindre de toute façon ! ;)

J’ai beaucoup apprécié coudre ce manteau et j’aurai tellement envie d’avoir plus de temps et d’énergie pour coudre ce type de pièce plus souvent. Sur cintre je l’adore et j’en suis super fière mais sur moi… c’est une autre histoire. Vous le voyez sur les photos, ce n’est pas mon style. Il est très large ! Mais cela est prévu par le modèle donc je le savais par avance. Il a été conçu comme cela et c’est vrai que ça donne une silhouette moderne et vintage à la fois. Ce qui est très cool en soit, mais ce n’est pas mon style. J’avoue que je préfère les choses cintrée et que de ce fait je me sens « une autre » quand je porte cette pièce. Du coup, je ne la porte tout simplement pas.

Aussi, mon tissu est très épais et chaud ce qui ne colle pas avec la coupe ouverte sur le devant et ample du modèle. C’est la porte ouverte aux courants-d’air ! Je pense sincèrement qu’avec un tout autre tissu le rendu aurait été différent. J’espère pouvoir en refaire un un jour car j’aime toujours autant la version avec le lien à nouer et je veux avoir mon manteau opium à moi !

Je regrette vraiment mon choix de tissu mais je ne regrette pas du tout l’expérience en elle-même. C’était un super projet ! Mon manteau de 2018 sera un petit fail mais je suis sûre que je vais rapidement me rattraper ! 

***

Patron : Opium de Deer and Doe – Taille 36 – 38
Tissu : Laine et doublure Tissus.net (Retrouvez mon code promo)

Je porte une tenue 100% hand-made avec mon jean safran (que je referme, youhou !), mon pull Il grande Favorito et mon snood Benjamin. 

***

Je parle également de ce vêtement dans le Podcast  Ma vie créative n°8 
(la vidéo se lancera pile au moment où j’en parle, ce n’est pas merveilleux la technologie ? :D)

***

Je vous invite aussi à découvrir la chouette version de Laurianne du blog L’usine à bulle qui a proposé d’ajouter une capuche au manteau. Et elle a même fait un super tuto !

***

Shopping :

***

Je réponds à vos questions :

Il vous a fallu combien d’heures pour décalquer, découper et coudre ? Beaucoup, beaucoup ! Je n’ai pas compté mais j’ai réparti ma couture sur tout le mois d’octobre.

As-tu cousu ta taille habituelle ou une en dessous ? J’ai cousu ma taille habituelle, sur deux tailles. J’aurai pu tout faire d’une taille si j’avais plus réfléchi !

Comment choisir sa taille de fait de l’oversise du modèle ? Il faut comme toujours se référer au tableau des mesures du livret.

Comment taille-t-il en carrure ? N’est-il pas trop large au niveau des épaules ? Comme je me suis un peu plantée dans mon choix de tissu, difficile de juger ce point. Ici, je trouve qu’il est large mais je suis persuadée qu’avec un tissu plus souple l’effet serait différent.

Ne fait-il pas trop parachute ? / J’ai peur qu’il soit trop évasé / N’est-il pas trop ample ? Il est très ample, c’est voulu par le modèle. C’est un style qui peut être très sympa en fonction du look que vous avez. Dans mon tissu, c’est trop ample et raide donc je ne le porte malheureusement pas.

L’as-tu raccourci ? Non, mais en regardant les photos je me dis que j’aurai peut-être du ? Donnez-moi votre avis !

Est-il adapté pour les filles de moins d’1m63 ? Si tu trouves que ça me va, alors tu as ta réponse ! Je mesure 1m54… ;)

Le patron va jusqu’à quelle taille ? Le patron est prévu du 34 au 46.

Il semble large, tu n’as pas froid avec ? / Est-il vraiment chaud ? Comme je le dis dans l’article, pour la version non ceinturée les courants d’air passent par dessous le manteau. Je pense que ce vêtement sera plus adapté aux climats doux ou à la mi-saison.

J’ai l’impression que les manches sont étroites ? Ah non, au contraire. Les manches sont parfaites pour porter les gros pulls d’hiver.

Est-ce que l’emmanchure permet de mettre un gros pull sans se sentir bibendum ? Oui, sans aucun problème. C’est point super positif !

Peut-on faire des poches contrastantes ? Bien sûr, c’est tout à fait possible.

Est-ce que l’ampleur te gêne ? Oui, car avec ce tissu raide l’ampleur « tient » et je n’aime pas le style sur moi. Et j’ai bien hâte de recommencer avec un tissu plus souple !

Est-il accessible aux débutants ? Est-il difficile à coudre ? Le modèle est de niveau 5 et il demande beaucoup de patience et de technique. Si vous êtes motivée vous pouvez essayer mais si vous débutez c’est une pièce compliquée.

Quel conseil donnerais-tu pour coudre un manteau si on n’en a jamais cousu ? De suivre les étapes tranquillement en prenant le temps. Et de fractionner la couture pour ne pas se décourager.

Est-il possible de faire en tissu principal que l’extérieur des passepoils et la partie intérieure dans un autre tissu pour réduire les épaisseurs ? Oui, c’est une idée. A voir si la finition reste jolie car la doublure se verra un peu. Je sais que moi je n’aimerai pas ça.

Est-ce que tu as fait tenir ta parementure le long du manteau devant ? Non, mais j’aurai du ! C’est quelque chose que je regrette de ne pas avoir fait avant de coudre ma doublure.

Le montage des poches est-il compliqué ? J’ai trouvé que non. Il y a un tuto photos sur le blog de Deer and Doe pour aider.

Quels ont été tes ajustements ou ceux que tu voudrais faire après-coup ? Je n’ai pas fait d’ajustement pour ce modèle. Avec le recul, je referai le modèle sur une seule taille pour réduire un peu l’ampleur et peut-être que je le raccourcirai un peu.

Comment as-tu préparé ton tissu ? J’ai passé mon tissu à la vapeur de mon fer à repasser.

Un site pour trouver de beaux lainages ? Il y a pas mal de possibilités ! Quasiment toutes les boutiques en ligne proposent des lainages en ce moment…

***

DÉCOUVREZ TOUTES MES RÉALISATIONS COUTURE