Tags

, , , , , ,

Je me fais rire moi-même car je me rends compte que je couds toujours le même type de projet : une robe, des fleurs et un cache cœur. C’est de plus en plus flagrant depuis quelques temps et vous me pardonnerez, j’en suis sûre, ce manque d’originalité ! Je ne cherche même pas à changer ou à me tourner vers d’autres choses car j’ai trouvé le style qui me plait et dans lequel je me sens 100% moi-même.

Mon objectif n’est pas de suivre les tendances et de coudre la dernière coupe à la mode. Non ! Ce qui me motive en couture, c’est de pouvoir créer des vêtements à mon image et à mes mesures. C’est tellement grisant de pouvoir réaliser cela ! Je lis beaucoup de remise en question en ces derniers jours. L’été est surement un moment où l’on prend le temps de réfléchir à ses envies et ses objectifs pour bien démarrer une nouvelle histoire à la rentrée. Si je peux partager avec vous ma façon de voir les choses, la couture pour moi c’est un immense terrain de jeu où l’on peut s’amuser et exprimer sa vraie nature. On peut coudre pour tout un tas de raisons (je mets un * quand c’est mon cas) : pour offrir, pour sa petite famille ou uniquement pour soi*. On peut coudre pour des raisons économiques, parce qu’on ne trouve pas ce que l’on souhaite dans le commerce*, parce qu’on aime les vêtements de style ou de créateurs, pour se lancer des défis*, pour se vider la tête*, pour ne pas ressembler au voisin*, pour gagner sa vie, pour avoir une autre manière de consommer, ou pour tout un tas d’autres raisons auxquelles je ne pense pas dans l’immédiat. On peut coudre des petits accessoires, de la décoration, quelques vêtements, des pièces de folies qu’on ne portera qu’une seule fois*, pratico-pratique* ou toute sa garde-robe*. On peut coudre en faisant fi des défauts* ou s’imposer la perfection (qui n’existe pas, en fait, je vous le dis de suite !), au feeling ou en suivant les règles de l’art*… Etc, etc…

On coud toutes et tous pour des raisons différentes et avec des conditions différentes. C’est tellement personnel et je trouve ça super cette multitude de façons de faire. Le plus important, je pense, et de ne pas penser que l’herbe est plus verte chez le voisin. De mon point de vue, l’idéal est de se concentrer sur son expérience propre, de voir comment on évolue soi-même dans cette merveilleuse passion et de faire ce qui nous rend le plus heureux. Oh là là, je n’avais pas prévu de partir si loin en me mettant devant le clavier ! Tout cela pour dire que je m’éclate follement à coudre des fleurs, des robes et des décolletés cache-cœur ! Et tant qu’il y aura ces pétillements dans le ventre et des petits sauts de cabri à chaque projet fini, je continuerai de faire ainsi ! ;)

Pour en revenir à cette robe, elle est l’exemple même du vêtement idéal pour moi ! C’est le modèle que je porte le plus en ce moment car elle est confortable comme une robe de nuit et féminine à souhait. Elle est parfaite pour courir partout en journée et assez élégante pour les soirées plus habillée. Et elle tourne ! Si je ne devais garder qu’un modèle de robe, ça serait l’Aldaia de Pauline Alice sans aucun doute. Si je m’écoutais, je m’en ferai une pour chaque jour de la semaine !

C’est la troisième fois que je couds ce modèle et cette version. Je ne vais pas redévelopper ici tous les détails que je vous invite à lire ici et . J’ai un petit instant de nostalgie en relisant ces deux billets car pour la petite anecdote, nous avons fait les photos de la version noire le jour même où j’ai appris que j’étais enceinte. J’étais tellement la même et déjà si différente, une sensation très bizarre que je revis avec émotion.

Idem pour la seconde robe clair à pois que j’ai énormément porté l’été dernier. Lorsque je l’ai remise pour la première fois cette année, j’ai immédiatement ressenti ces odeurs qui n’existaient que pour moi et ces nausées qui ne m’ont pas quittées les premiers mois de grossesse. C’est très bizarre comme le corps a associé toutes ces choses à ce vêtement ! Mais maintenant ça va, cette robe ne me rend plus malade, rassurez-vous ! En tous les cas, c’est tout émouvant car personne ne connaissait encore le grand secret qui se cachait derrière ces photos. Cela semble bien loin déjà…

Non mais dites-donc, ce billet part dans tous les sens ! Désolée, je me recentre un peu. J’ai réalisé cette robe dans un superbe jersey marine à fleurs et oiseaux que j’ai acheté chez The Sweet Mercerie. Je le trouve tellement magnifique ! J’aime beaucoup les couleurs lumineuses et pastel des motifs. Mon seul petit regret c’est que le bleu profond se terni un peu avec les lavages déjà multiples de cette robe. Mais ce n’est pas dramatique. Vous le voyez vous-même sur les photos : c’est encore beau. C’est souvent le problème avec le jersey, des petites fibres sortent avec le lavage et sur le foncé ça se voit plus que sur le clair.

Concernant le couture, cette robe doit impérativement se coudre dans un jersey et à mon avis le jersey de coton est la matière qui lui va le mieux. La version noire a été faite dans un jersey plus épais et le rendu est moins net au niveau du décolleté. Elle est également un peu moins agréable à porter car plus raide et plus lourde. Je l’ai cousue à la surjeteuse mais vous pouvez tout à fait coudre la robe à la machine à coudre (cf. ma vidéo tuto à ce sujet : comment coudre le jersey à la machine à coudre.)

Que dire d’autre sur ce modèle que je n’ai pas dit ici ou là ? Je crois que j’ai fait le tour… et je vous donne encore plus de détails dans les questions instagram ci-après.

Merci à mon petit mari pour cette nouvelle session photos très chouette. J’en ai profité pour sortir mes nouvelles chaussures qui faisaient partie d’un énorme craquage de soldes. Elles sont tellement confortables que je vais surement me les commander en noires avant qu’elles ne soient en rupture… Valentin est blasé de cette passion pour les ballerines mais ça me rend tellement contente en fait ! *futilité quand tu nous tiens*

Bon, je vais arrêter là car c’est le billet où je raconte clairement ma vie (sorry) et si personne ne me stoppe, j’y serai encore demain. Je vous laisse avec les questions que vous m’avez posées sur Instagram, en espérant pouvoir y répondre au mieux. Je vous embrasse bien fort et vous souhaite un beau mois d’août et de belles créations ! A très vite !

***

Patron : robe Aldaia de chez Pauline Alice – taille 36/38
Tissu : jersey marine à fleurs et oiseaux de chez The Sweet Mercerie

***

Je parle également de ce vêtement dans le Podcast Ma vie Créative n°5
(la vidéo se lancera pile au moment où j’en parle, ce n’est pas merveilleux la technologie ? :D)

***

Shopping :

***

Je réponds à vos questions :

***

Elle va jusqu’à quelle taille et comment taille-t-elle ? La robe est prévue de la taille 34 à 48 et elle taille « normalement » c’est à dire que j’ai coupé ma taille habituelle.

Le cache cœur est-il allaitement compatible ? Oui, cette robe est idéale lorsqu’on allaite. Je la conseille à 100%.

Est-elle petit ventre compatible ? 100% oui !! La preuve en image sur ces photos. Pour les raclettes ou pour l’après-grossesse elle est parfaite ! ;)

La version cache-cœur de n’ouvre pas trop sur les poitrines généreuses ? Le modèle est prévu pour un bonnet B, pour les bonnets plus grands il faudra peut-être prévoir un ajustement pour forte poitrine (FBA).

Est-elle babybump compatible ? J’ai porté cette robe tout mon premier trimestre de grossesse et un peu le second. Ensuite cela dépendra des morphologies. Personnellement, j’avais un très gros ventre et je ne pouvais plus la porter. Il semble difficile de remonter la ligne de taille sans faire plusieurs ajustements : supprimer les plis qui épousent la poitrine et modifier les panneaux de jupe.

Est-ce qu’elle se fait longue ? Il n’y a pas de version longue prévue dans le patron. On peut tout à fait envisager d’allonger les panneaux de jupes mais attention celle-ci deviendra très large et nécessitera énormément de tissu.

Y-a-t-il des manches sur ce patron ? Oui, il existe des versions avec manches courtes ou 3/4 mais je ne les ai pas encore testées.

Cette robe est-elle facile à réaliser ? Quel est le niveau ? La robe est composée de pas mal de pièces mais elle n’est pas difficile à coudre. Les explications sont bien faites et bien illustrées. Elle est de niveau 2/3 selon la marque et je serai de cet avis aussi. Les difficultés techniques sont : la matière jersey, les pinces, les plis. Pour un premier projet en jersey c’est peut-être un peu long mais si ce n’est pas un premier vêtement alors foncez ! ;)

Où trouver de jolis jerseys fleuris ? Celui-ci vient de chez The sweet mercerie. Je commande également souvent chez Tissus.net. Après, il fait beaucoup chercher et fouiller car de mon point de vue les motifs en jersey sont souvent soit trop enfantins, soit trop foncés, soit trop ringards (jugement très personnel).

Si je te dis un jersey de coton frais plutôt dans les tons clairs et parfait pour une Aldaia… Celui-ci ou celui-là. Je ne te remercie pas pour la tentation, je suis à deux doigts de commander ! ;)

La tienne te semble aller comme un gant au niveau de la poitrine. Une toile a été nécessaire ? Non, je n’ai pas fait de toile et je n’ai fait aucune modification sur ce modèle hormis mon ajustement de stature habituel. C’est l’avantage du jersey, ça épouse bien les formes. Et le patron est très bien fait.

Une affirmation : elle est sublime ! Merciiii ♥

***

DÉCOUVREZ TOUTES MES RÉALISATIONS COUTURE