Tags

, , , , ,

Oh une robe à fleurs !

Je vous présente aujourd’hui la robe Eugénie de la marque Atelier Scammit. Il s’agit d’une robe ample, taille empire et à l’encolure cache cœur. Ce modèle féminin et romantique a été imaginée par l’instagrameuse Eugeniiiiiiiiie dont je vous invite à découvrir le joli compte si vous ne connaissez pas encore.

Cette robe est sortie pendant ma grossesse et j’ai décidée de la coudre juste après la naissance de Baptiste. Ne sachant pas trop comment allait se passer le « retour à la normale », je regardais plutôt les coupes amples. On voyait cette robe un peu partout et ses détails féminins me faisaient de l’œil. Habituellement, je ne couds pas de vêtements si larges. Mais j’ai été totalement conquise par le cache cœur, les manches froncées et les petits volants. Alors j’ai voulu essayé.

J’ai coupé une taille 38 pour le corsage et la plus petite taille pour la jupe. J’ai réalisé mon ajustement de stature habituel et j’ai retiré 2 cm de hauteur sur chaque volant, ce qui fait 4 cm en tout.

La robe est de niveau débutant même s’il y a quelques petits points techniques dans ce modèle : la réalisation des pinces, la pose d’un biais et les fronces pour la jupe et les volants. Les explications sont claires et je n’ai pas rencontré de problème lors de la réalisation. La créatrice propose même une vidéo tutoriel pour monter complètement la robe en cas de besoin, c’est particulièrement instructif si vous débutez et que vous réalisez les techniques pour la première fois.

J’ai réalisé cette robe dans une viscose fleurie de chez Tissus.net qui n’est malheureusement plus disponible maintenant. C’est une viscose un peu transparente, j’ai donc choisi de doubler complètement le corsage. Pour ce faire, j’ai reproduit les pièces des devants et dos en double, et j’ai cousu le tissu extérieur à la doublure endroit contre endroit sur tout le tour de l’encolure. Dans le patron, on propose de faire une finition avec un biais mais je trouve que c’est plus propre ainsi. Ça évite aussi au décolleté de gondoler.

Lors d’un premier essayage en cours de réalisation, je me suis rendue compte que j’étais un peu engoncée dans les emmanchures. J’ai retiré 0,5 cm de valeurs de couture sur les côtés et les manches. J’ai donc cousu à 1 cm au lieu de 1,5 cm pour être plus à l’aise. J’ai perdu un peu de poids depuis et je pense qu’aujourd’hui la robe aurait été tout aussi bien sans ces modifications. Elle m’est presque un peu grande maintenant.

J’ai cousu cette robe en fractionné et chaque moment libre c’était « vite, vite » ! La fatigue accumulée n’aidant pas, j’ai fait deux énormes boulettes : j‘ai coupé mon tissu avec le couteau de la surjeteuse. Et ça, deux fois de suite… Une fois sur la jupe, et une autre fois sur le corsage, en plein devant ! Ce soir-là, j’aurai mieux fait d’arrêter de coudre et d’aller me coucher… Mais que voulez-vous ! J’ai réparé ma bêtise du mieux que j’ai pu avec un bout de thermocollant sur l’envers du tissu et un point de colle à tissu sur l’endroit pour éviter que le trou ne s’agrandisse. Au final, une fois porté et en mouvement ça ne se voit pas du tout. Je bénis le motif ! Mais j’ai un peu peur que le tissu soit fragilisé et que les trous s’ouvrent avec le temps et les lavages. On verra bien !

J’ai pris beaucoup de plaisir à coudre ce modèle et à m’appliquer pour avoir de jolies finitions. Le décolleté est bien prononcé mais personnellement ça ne me pose pas de problème. C’est même plutôt pratique en ce moment ! Mais si vous voulez le réduire, il y a un tutoriel prévu par la créatrice. Je trouve aussi que le dos est un peu trop échancré. J’ai vite froid au cou et c’est un détail qui me gêne un peu. Mais je suis censée porter cette robe lorsqu’il fait chaud non ?

Alors, verdict sur le ample ? Le vêtement est joli en soi mais je pense que les coupes non cintrées ne sont pas idéales pour ma silhouette. J’avoue que je suis tellement à l’aise dans cette robe que je m’en fiche un peu ! J’ai l’impression de dire « je m’en fiche » de plus en plus ici ou dans la vraie vie. Certaines choses qui me semblaient si importantes avant me semblent tellement dérisoires maintenant. Je ne sais pas si c’est la trentaine, la confiance en soi ou l’arrivée de Baptiste… peut-être un savant mélange de tout cela. En tout cas, ce qui m’importe par-dessus tout maintenant c’est d’être bien. Et avec des fleurs, une jupe qui vole au vent et des chaussures qui brillent, on ne peut qu’avoir le sourire non ?

***

Patron : robe Eugénie de la marque Atelier Scammit (Taille 38)
Tissu : viscose fleurie de chez Tissus.net

Shopping :