CHARGEMENT

Ecrivez votre recherche

Life Style

Je n’ai pas le temps, prendre le temps…

Je ne sais pas si c’est la période ou mes projets personnels qui veulent ça, mais dernièrement j’ai reçu beaucoup de messages où vous me demandez où je trouvais le temps de coudre. 

numbers-time-watch-white

Par mails ou lors de discussions vous me dites : « J’ai envie de coudre mais je n’ai pas le temps. », « Je voudrais bien apprendre mais ça demande beaucoup de temps », « J’ai beaucoup d’idées en têtes mais je n’ai pas le temps de tout faire », « Je m’y mettrai une fois que j’ai terminé tout ce que j’ai à faire », « Quand je rentre du travail je suis trop fatiguée et j’ai la flemme de m’installer devant la machine à coudre », « Comment tu fais pour coudre autant », « Où trouves-tu le temps de tout faire ? », etc, etc…

Le temps… Cet éternel problème. Moi-même je râle à ce sujet. Les heures, les jours, les mois filent à toute vitesse. Le temps passe très vite et c’est la même histoire pour tout le monde.

Nous sommes tous débordés, c’est la société qui veut ça. Tout va vite, vite, toujours plus vite, encore plus vite. Pour trouver le bonheur, je pense qu’il faut sortir de cette spirale infernale et se poser deux minutes pour se demander ce qui compte vraiment pour soi-même. A chaque fois que je dérive, je repense à cette histoire bien connue mais tellement riche de sens. Je vous la laisse lire :

***

Un jour, un vieux professeur de l’École Nationale d’Administration Publique fut engagé pour donner une formation sur la planification efficace de son temps à un groupe d’une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies nord-américaines.

Ce cours constituait l’un des 5 ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof n’avait donc qu’une heure pour « faire passer sa matière « .

Debout, devant ce groupe d’élite, le vieux prof leur dit : « Nous allons réaliser une expérience ».

De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof sortit un immense pot de verre de plus de 4 litres qu’il posa en face de lui.

Ensuite, il sortit environ une douzaine de cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu’au bord et qu’il fut impossible d’y ajouter un caillou de plus, il leva les yeux vers ses élèves et leur demanda : « Est-ce que ce pot est plein ? ».

Tous répondirent : « Oui ».

Il attendit quelques secondes et ajouta : « Vraiment ? ».

Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier s’infiltrèrent entre les cailloux… jusqu’au fond du pot.

Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et réitéra sa question : « Est-ce que ce pot est plein ? ».

Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège. L’un d’eux répondît : « Probablement pas ! ».

« Bien ! » répondît le vieux prof.

Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table un sac de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier.

Encore une fois, il redemanda : « Est-ce que ce pot est plein ? ».

Cette fois, sans hésiter et en chœur, les brillants élèves répondirent : « Non ! ».

« Bien ! » répondît le vieux prof.

Et comme s’y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d’eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu’à ras bord.

Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda : « Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ? « 

Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours, répondît : « Cela démontre que même lorsque l’on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire « .

« Non » répondît le vieux prof. « Ce n’est pas cela. La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante : « Si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous, ensuite ».

Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l’évidence de ces propos.

Le vieux prof leur dit alors : »Quels sont les gros cailloux dans votre vie ? Votre santé ? Votre famille ? Vos ami(e)s ? Réaliser vos rêves ? Faire ce que vous aimez ? Apprendre ? Défendre une cause ? Vous relaxer ? Prendre le temps… ? Ou… tout autre chose ?

Ce qu’il faut retenir, c’est l’importance de mettre ses GROS CAILLOUX en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir… sa vie. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n’aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie.

Alors, n’oubliez pas de vous poser à vous-même la question : « Quels sont les GROS CAILLOUX dans ma vie ? » Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (vie) ».

D’un geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire et quitta lentement la salle.

***

Je crois que vous avez tous bien compris. Ce qui pèche le plus souvent ce n’est pas le temps que nous avons mais plutôt la façon que nous avons de l’utiliser. Nous faisons passer les broutilles de la vie en premier et il ne reste plus de place pour ce qui compte vraiment. Le premier temps est donc de déterminer ce qui est vraiment important pour nous.

C’est très personnel mais pour moi coudre c’est important. Ecrire c’est important. Partager avec les autres c’est important. Entre autre bien sûr, il y a des choses plus importantes encore qui relève de l’intimité et que je garde pour moi. Je n’ai pas encore d’enfants mais pour ceux qui en ont ça sera sûrement important de passer du temps avec eux. Il y en a pour qui l’important sera de gagner de l’argent, de réussir ses études, de se dépenser physiquement, de jouer de la musique, de bien manger, etc, etc… A chacun de trouver ce qui compte le plus dans sa vie en ce moment. Et ensuite de le remettre au centre. Et tout le reste suivra…

trousse à crayons rentrée - les tutoriels de louise

L’exemple le plus concret pour moi ce sont les tâches ménagères. Si je me dis, je couds après avoir terminé le ménage, très honnêtement je ne ferai jamais rien ! Parce que le ménage pour moi, c’est une corvée. Je n’aime pas ça, c’est sans fin mais c’est un passage obligé. Pour moi, la pire soirée qui soit serait le combo cuisine, ménage, TV, dodo. C’est le lot de beaucoup de personnes, je le sais, mais moi je ressens ça comme du temps perdu. Je n’ai vraiment aucun scrupule à coudre une heure ou deux, le soir après manger. Ça remplace le programme TV que je ne regarde jamais. Même si la vaisselle n’est pas faite ou l’aspirateur n’est pas passé, je fais ce qui est important pour moi. Et ça me fait du bien.

Et après, bizarrement les tâches ménagères se font beaucoup rapidement et sereinement. J’ai le temps de tout fairece n’est pas sale chez moi, ne vous inquiétez pas ;) – c’est simplement que ma priorité à ce moment-là c’est la couture. Ça pourrait être totalement autre chose comme passer du temps avec mon chéri, téléphoner à ma famille, partager un ressenti comme en ce moment où je vous écris, préparer un cadeau, jouer avec mes chiens… L’important c’est que ça passe avant les choses sans grandes importances de la vie. Mes gros cailloux sont posés, et il y a eu assez de place pour faire d’autres choses, et même encore d’autres après… Comme par magie !

quels sont vos gros cailloux

Pour celles et ceux qui ne trouvent pas le temps de faire ce que vous avez envie de faire, voilà une piste que je trouve intéressante à explorer. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez et comment de votre côté vous gérez le temps que vous avez.

J’avais également envie de parler de la facette « J’ai peur de ne pas y arriver » qui se cache souvent dans le « je n’ai pas le temps ». Ainsi que du temps passé à faire des choses dont on pense qu’elles nous font du bien mais qu’en réalité non. Cette thématique du temps est passionnante à explorer mais mon billet est déjà bien long et peut-être que j’en écrirai un autre pour développer d’autres idées si ça vous intéresse. 

Je vous souhaite vraiment plein de bonnes choses et que vous puissiez vous épanouir dans votre vie et vos projets.

Des bises ♥

Tags:

66 Comments

  1. anouhaud 19 novembre 2015

    Bonjour, ton article est très réaliste. En effet bien souvent le ‘J’ai pas le temps’ cache autre chose que le réelle manque de temps.
    Pour ma part je fait un peu comme toi si j’ai envie de coudre alors que le linge est entassé dans la panière, ben tant pis… je prend le temps de faire ce qui me fait plaisir..
    Amicalement
    Agnes

    Répondre
    1. LesLubiesDeLouise 19 novembre 2015

      Merci beaucoup ! :)

  2. céline 19 novembre 2015

    merci, joli message plein d’espoir.

    Répondre
  3. ceciloum 19 novembre 2015

    Bonjour,
    J’ai découvert votre blog il y a peu de temps en me mettant à la couture mais là, je dois dire que j’adore votre billet!! Il me parle tellement…
    C’est un sujet de conversation qui revient tellement souvent avec mon mari qui me dit sans arrêt « j’ai pas le temps »!!
    Je lui ai de suite envoyé votre petite histoire que je ne connaissais pas, j’espère que cela le fera réfléchir!!
    Merci à vous!
    Cécile

    Répondre
    1. LesLubiesDeLouise 19 novembre 2015

      Merci beaucoup ♥
      Je suis contente que mon billet vous touche :)

  4. Natoune 19 novembre 2015

    J’ai fini de lire et j’ai parlé :
    Elle est bien cette fille !!!

    Répondre
    1. LesLubiesDeLouise 19 novembre 2015

      ♥♥♥

  5. Nadège - Filencage 19 novembre 2015

    Belle réflexion, que j’applique également. Mais comme toi, je n’ai pas d’enfant, alors j’ai un gros caillou en moins et donc mon caillou couture est plus gros que certaines. On en peut pas tout avoir non plus. Il faut savoir profiter de ce que l’on a et ne pas envier ce que les autres ont et que nous n’aurons peut-etre pas. C’est la vie et elle est belle ainsi car chacun est différent. bises

    Répondre
    1. LesLubiesDeLouise 19 novembre 2015

      C’est certain que les enfants représentent un énorme caillou !
      Effectivement tu as raison, il faut accepter de ne pas pouvoir tout faire et aussi que ce qui est bien pour certains n’est peut-être pas bien pour soi. ;)

    2. Véro 20 novembre 2015

      tout à fait d’accord avec toi. Pas d’enfant me permet d’avoir des priorités différentes et de faire des envieuses mais c’est un choix que j’ai fait et que j’assume. La couture et la lecture passent avant le ménage c’est sûr !

  6. Nathslie 19 novembre 2015

    Merci pour ce super partage!

    Répondre
  7. helenebernard94 19 novembre 2015

    Merci pour cet article! C’est tellement vrai, des fois je me dis que je choisi vraiment de faire des trucs futiles par rapport à ce que j’ai vraiment envie de faire et surtout que j’aime faire! Ton article me fait réfléchir et j’espère que j’arriverais à changer mes choix et mettre mes gros cailloux d’abord!

    Répondre
    1. LesLubiesDeLouise 19 novembre 2015

      Merci beaucoup !
      Moi aussi parfois je me concentre trop sur des choses pas importantes pour moi. Ce n’est pas facile de savoir ce qui compte vraiment et de le faire passer avant tout. C’est un joli cheminement personnel… :)

  8. Belinda 19 novembre 2015

    Merci Louise :-).
    Je suis mère au foyer et je pensais que là le plus important (en dehors de mes enfants) était le fait de prendre le temps de bien m’occuper de ma maison (rangement, ménage, repassage, chercher des recettes, préparer la liste des courses en fonction des repas, préparer les-dits repas, trouver du temps pour mon jardin, me mettre à jour dans mes to-do-list oui oui mes…) et lorsque j’aurais trouver mon rythme de croisière et bien ma peinture et mes coutures suivront…et en fait non…
    Pourtant je connait bien cette histoire tout comme celle du colibri mais là je vois ça sous un autre angle, peut-être est-ce les circonstances actuelles (actualité mais aussi personnelles dont je ne ferais pas pars ;-) ) mais je voie maintenant cela sous un autre angle. De retour dans mon foyer demain, j’espère que cette révélation sera toujours présente en moi pour m’y atteler. Merci, Merci Louise pour m’avoir apporter cette belle leçon aujourd’hui :-)

    Répondre
    1. LesLubiesDeLouise 19 novembre 2015

      Merci beaucoup pour ton message.
      Je suis tellement contente si mon billet peut aider juste un peu.
      Il y a des femmes pour qui s’occuper de son foyer est épanouissant mais je sais aussi que pour beaucoup c’est une prison dorée et culpabilisante. Il ne faut pas hésiter à remettre ce qui est important dans sa vie au centre et tout aura tout de suite plus de sens.
      Je te souhaite beaucoup de bonnes choses et du courage si tu en as besoin ♥

  9. Chris 19 novembre 2015

    Au début pareille,mariée et mère de trois filles ,je me disais jamais j’aurais du temps pour coudre. Mais ce temps je le trouve , la couture remplace la tv ou je couds pendant 5 min pendant que les filles se préparent pour l’école etc… Souvent je fini un vêtement en une semaine.

    Répondre
    1. LesLubiesDeLouise 19 novembre 2015

      Merci pour ton mot !
      Et oui, on trouve toujours quelques minutes pour faire ce qu’on veut faire. :)

  10. Alix 19 novembre 2015

    Premier commentaire, alors que je suis ton blog depuis un moment déjà ! Et c’est juste, joliment dit, …
    Pour moi c’est plus la peur de pas y arriver ! (15 h de cours à la fac, j’ai pas le droit de dire j’ai pas le temps!)
    Merci pour ton blog, c’est une pépite !

    Répondre
    1. LesLubiesDeLouise 19 novembre 2015

      Merci pour ton message ♥
      N’hésites pas à te lancer, c’est pas grave de rater, c’est pas grave s’il faut recommencer. C’est comme ça qu’on apprend et qu’on avance ! :)

  11. verdan 19 novembre 2015

    merci pour ce partage je me retrouve un peu …..mais la culpabilité est souvent présente dans les moments de doute. merci de l’avoir effacer.

    Répondre
    1. LesLubiesDeLouise 19 novembre 2015

      Merci beaucoup ♥

  12. EmileP 19 novembre 2015

    ce post amène à la réflexion. Pour ma part je suis comme toi, la couture est un gros caillou qui prend beaucoup de place.

    Le matin je me léve à 6h pour pourvoir déjeuner avec mon chéri car il part plus tôt que moi, du coup certes, je me lève 1h avant l’heure à laquelle je pourrais me lever, mais ça ne me dérange pas, car je sais que ça me donne l’occasion de déjeuner avec M. même si en semaine se sont des petits dej rapide, et ensuite, au lieu de « glander » pendant 1h, je me pose devant ma machine et je couds. Le soir c’est pareil, j’arrive à 17h45 chez moi, souvent, j’arrive, je dis bonjour à mon chéri (oui on se redis bonjour le soir ;)) on discute 2 min et je me mets devant ma machine et je cout jusqu’à 19h30/20h, et la je sais que je peux aller préparer le repas sereinement, car j’aurais pris du temps un peu pour moi.
    Mes copines me demandent toujours comment je fais pour faire tout ça, souvent elles me chambrent en me disant « de toute façon, nous on se lève à peine que toi tu as déjà cousu un vêtement et fait un gâteau » :) ça me fait sourire, c’est juste que j’organise mon temps différemment. Il est vrai que pour le moment je n’ai pas d’enfants, je pense que ce jour là mon « emploi du temps » va en être quelque peu bouleversé (ça me fait un peu peur d’ailleurs ;) mais bon, d’autres gros cailloux viendront remplacer certains :)

    Répondre
    1. LesLubiesDeLouise 19 novembre 2015

      Merci Emilie pour ton message.
      Tu as tout compris je crois. Moi aussi je tiens toujours à déjeuner avec mon chéri, même les jours où je ne travaille pas. Du coup au lieu de faire la grasse matinée, à 7h je suis réveillée et j’ai une grosse matinée de gagnée. Même si je rentre tard du travail (19h30 – 20h) j’arrive à faire des choses le soir après manger… Au lieu de regarder le film à 21h, je me mets devant la machine ou l’ordinateur et puis voilà. C’est une façon de vivre qui est assez épanouissante finalement.
      Des bises ♥

  13. Patience et petits points 19 novembre 2015

    Pendant longtemps je voulais me lancer dans la couture et notamment faire mes propres vêtements, mais je n’ai jamais réellement commencé en pensant que je n’aurais jamais le temps de tout faire. Encore aujourd’hui, cela me fait rêver, mais il faut aussi parfois faire des choix et mon coeur c’est dirigé vers la broderie, mon gros caillou à moi. J’aime la broderie ! Quand je brode, le temps n’existe plus, cela m’apaise et pendant quelques instants, j’en oublie les tracas de la vie. Et finalement grâce à la broderie j’en arrive à apprendre la couture en réalisant une housse de téléphone brodée, un coussin, une couverture de livre… Et peut-être qu’un jour j’en viendrais aux vêtements, mais pour le moment j’ai compris que ce n’était pas encore l’heure. En attendant, je suis toujours ravie de découvrir tes articles.

    Répondre
    1. alexandra 19 novembre 2015

      J ai adoré ce billet qui tombe pile poil : Je t explique : J ai 3 enfants ( 12, 16 & 18 ans ). Bizarrement ils me prennent plus de temps que lorsqu ils étaient petits. Les mercredi je ne travaille pas et depuis cette année, je me retrouve toute seule de 7h50 a 16h. Mes mercredis étant tellement bien organisés avec tout le ménage et les gamins que cette année je me suis presque sentie perdue.. Toute seule … Et hier, j ai désorganisé mon emploi du temps. Jamais avant je n aurais créer avant d avoir fini mon ménage. Mais ça c était avant ! Hier je me suis mise a peindre ma pendule pour la saint Nicolas de la piote alors que je n avais pas repasser. J ai ensuite continuer avec la mac et mon sac. Mon repassage n était toujours pas fait . Pourtt a 13h, toutes mes corvées étaient bouclees. J ai même trouvé du temps pour une p’tite sieste avant d aller chercher la piote. Et le soir j ai scraper un peu, avant de m allonger et regarder attentivement mercotte et ses douceurs. Alors oui tu as raison, il faut gérer au mieux ses priorités. J aime beaucoup ton histoire de ce vieux prof, et j aimerai bcp l utiliser, si tu l acceptes pr un p’tit article sur mon blog. Je te souhaite pleins de bonnes choses louise.

      1. LesLubiesDeLouise 19 novembre 2015

        Merci beaucoup pour ton message et pour ton témoignage.
        Comme quoi il est possible de tout faire – et même plus ! – en faisant les choses dans un ordre différent, en s’écoutant.
        N’hésites pas à partager cette histoire, si ça peut aider d’autres personnes c’est super ! :)

    2. LesLubiesDeLouise 19 novembre 2015

      Merci pour ton message.
      Il est très important car il touche un point que je voulais développer mais pas aujourd’hui car c’était trop long : le fait d’accepter de ne pas pouvoir tout faire tout de suite. C’est chouette, merci beaucoup ! :)

  14. Stéphanie 19 novembre 2015

    Je partage complètement ton point de vue. J’ai aussi le même genre de commentaire sur mon blog, principalement autour de la lecture. Impossible de me coucher sans lire…..mais je ne regarde pas la télé.
    Et pourtant je travaille, j’ai 3 enfants….qui ne sont pas laissés de côté….et mon ménage est fait
    Avec le temps, j’ai appris à poser des priorités. J’ai besoin de 30mn d’ activités manuelles le soir. Je m’ organise pour les trouver
    Je suis bien plus âgée que toi, mais tu as déjà cette notion d’ importance, qui te sera très utile plus tard ❤

    Répondre
    1. LesLubiesDeLouise 19 novembre 2015

      Merci beaucoup pour ce témoignage. ♥

  15. Jackie 19 novembre 2015

    Merci Louise de cette démonstration. Pour moi, mes gros gros cailloux, ce sont aussi la couture, la broderie et la lecture. tout cela est une énorme portion de temps. Comme toi le ménage je n’aime pas ça mais il faut bien le faire! je ne supporterais pas de vivre dans une porcherie. Et moi, j’ai compris que l’organisation compte beaucoup, qu’il ne faut pas laisser traîner les choses car lorsqu’elles s’accumulent, c’est déprimant; une place pour chaque chose et chaque chose à sa place et l’air de rien c’est un gain de temps pour mes gros cailloux.
    Merci pour tes articles sensés et intéressants.
    Bises

    Répondre
    1. LesLubiesDeLouise 19 novembre 2015

      Merci beaucoup pour ton message et ton témoignage.
      C’est vrai que l’organisation compte beaucoup. J’aurai pu en parler aussi car cela vient dans un second temps. Je pense qu’il faut d’avoir repérer les choses importantes de sa vie puis de trouver l’organisation qui nous correspond pour justement laisser la place aux choses importantes.
      Je savais que cette histoire de ménage allait faire tiquer. Je ne dis pas que je ne fais pas le ménage, loin de là. J’ai une maison qui vit mais c’est plutôt rangé et propre. Même si je n’ai pas à me justifier ;)
      J’ai choisi cet exemple car il y a beaucoup de femmes qui culpabilisent si elles laissent la vaisselle quelques heures dans l’évier ou quand le panier de repassage déborde… Alors que ce n’est pas grave en soit. Ce n’est pas le plus important. Le plus important c’est ce qui nous tient à cœur ♥
      Merci et des bisous !

  16. patachou 19 novembre 2015

    Je travaille à mi-temps et suis débordée tout le temps ! ça parait incroyable, mais je parviens pas à faire les choses que j’aime : coudre, lire… je pense que votre billet, que j’ai beaucoup aimé, va m’amener à une réflexion sur la gestion de mon temps, car effectivement, tout est là !

    Répondre
  17. Loulie 19 novembre 2015

    Merci Louise ! J’avais lu cette histoire il y a quelques temps déjà. Et quand j’ai eu fini, je me suis dit : bon sang mais c’est bien sûr !!! Et puis je l’ai zappé de ma mémoire. Alors aujourd’hui, grâce à ton post, je l’ai relu.
    J’espère que cette fois, il restera un peu plus dans mon cerveau de poisson rouge…car moi aussi, je me sens débordée, et frustrée de ne pas avoir de temps pour moi. Et même pire, d’en avoir mais de souvent culpabiliser à l’avance de ne pas m’occuper de ma maison, alors ça gâche un peu mon plaisir…
    Merci aussi, en ces temps bouleversés d’apporter toute ta gentillesse, ta générosité et ton humanité…
    Je serai ravie de lire la suite « J’ai peur de ne pas y arriver » car je suis sûre que nous sommes beaucoup à nous freiner dans nos envies de couture !!!
    Bises

    Répondre
  18. Géraldine 19 novembre 2015

    Bonjour Louise,
    Ton billet et l’histoire qui est dedans me font déculpabiliser car il y a longtemps que je vis un peu comme ça, mais que, quand je vois la vie autour de moi, je me trouve un peu anachronique.
    J’ai toujours pensé et vécu avec le principe que le superflu est nécessaire et le nécessaire superflu. Alors, OK, il n’est pas recommandé de manger par terre chez moi (en même temps, qui le fait ?) parce que aspirateur et serpillère n’y vont pas tous les jours, mais l’hygiène étant tout de même présente, ça dérange qui si le linge n’est pas repassé ? En tous cas pas moi !
    Par contre, comme je ne peux pas laisser la MAC sur la table de la salle à manger toute la semaine, je m’organise pour faire tout ce que j’ai à faire avec durant le week-end (patch, tutos de Louise, surfilage des toiles à broder, pose de FE sur des gilets à monter …) et après les devoirs et le dîner, en semaine, je peux me poser dans le fauteuil, devant la télé (je cumule) et je brode, je tricote et je fais toutes les activités qui n’ont pas besoin de la table.
    Du coup, quand je vais me coucher chaque soir, je suis détendue et n’ai pas l’impression d’avoir perdu ma journée, comme toi.
    Encore merci d’avoir démontré que mon choix de vie est le bon. (Désolée si mon mot est un peu long).
    Et toi, continue tes billets et tes belles réalisations.
    BIZ

    Répondre
  19. Drine02 19 novembre 2015

    Contente de lire ce billet, tout à fait dans ma philosophie de vie actuellement! Je ne connaissais pas cette histoire, je l’ai tout de suite appréciée! Je fais partie de ces personnes qui se disent beaucoup trop souvent « pas le temps, pas maintenant puis je n’ai plus le temps »! Prenant pleinement conscience que cela me bouffe la vie, j’ai décidé de changer. Cela se fait doucement mais surement, le plus dur combattre mes vieilles habitudes. Je me sens tout de même beaucoup mieux quand j’ai accompli quelque chose qui me tient à cœur, et ça c’est appréciable. Il faut oser se bousculer, se remettre en question pour faire ce qu’on aime, ce n’est pas facile mais le jeu en vaut largement la chandelle.
    Ton billet m’a fait beaucoup de bien et il m’incite à perdurer sur cette voie! Merci à toi, Louise!

    Répondre
  20. louandreaas 19 novembre 2015

    Je ne connaissais pas cette anecdote. Elle est pleine de sens et il illustre bien le problème qui se pose bien trop souvent pour une grande partie d’entre nous.
    Reste à savoir quels sont ces gros cailloux, maintenant.. :)

    Répondre
  21. Atelier de Claire 19 novembre 2015

    Un grand merci pour ce billet ! En effet, il amène à réfléchir sur pas mal de points … la gestion du temps, l’organisation, nos priorités (eh oui, on a chacun des cailloux différents selon nos vies !) et comment trouver l’épanouissement personnel tout en ne négligeant rien … J’en arrive à me dire que comme mon pot n’est pas extensible pour y loger tous mes gros cailloux, plus les petits et même les grains de sable, cela va obligatoirement passer par une révision complète de mon organisation quotidienne … car j’ai 3 gros cailloux prioritaires que sont mes 3 enfants + un autre qui est ma moitié, et encore un autre qui est le travail … et souvent les cailloux « couture », « amis » et « lecture » rentrent difficilement dans le bocal après tout ça !!!
    Gros bisous Louise, et continue à partager avec nous tes créations et tes réflexions, c’est vraiment passionnant et constructif !

    Répondre
  22. kreanouk 19 novembre 2015

    Wahou cette histoire est géniale!!!! Merci ci de l’avoir partagée avec nous! Et je suis d’accord avec toi, on a chacun nos priorités et il suffit de les mettre en avant pour que ça marche !

    Répondre
  23. Eléa 19 novembre 2015

    Une belle réponse aux messages auxquels tu fais référence dans ton introduction ! Amener une piste de réflexion plutôt qu’un « faites comme ça ». Merci pour ton article.

    Répondre
  24. babeth 19 novembre 2015

    Merci pour cette magnifique histoire bien réelle
    Moi, j’ai pas le gros cailloux du mari, et des enfants puisque je suis seule, c’est plutôt un gros et énorme cailloux qui me permet d eme cacher derriére  » J’ai PEUR de PAS y ARRIVER »
    Merci pour tous ces jolis partages que j’apprécie, m^me si ,je passe souvent en silence
    bonne continuation dans tes projets

    Répondre
  25. Isabelle 19 novembre 2015

    Bonjour Louise, et merci pour ce petit billet.. depuis quelques mois aussi, je prends d’abord le temps de faire ce qui me procure du plaisir sans culpabiliser (sport, couture et lecture)..merci de l’avoir aussi bien illustré par cette anecdote!!
    A bientôt dans un prochain post que j’attends toujours avec impatience!!
    Bises

    Répondre
  26. Christelle 19 novembre 2015

    Bonjour Louise, j’ai beaucoup apprécié cette histoire du professeur et des cailloux, elle mérite justement de dépenser quelques minutes pour y méditer!!

    Pour ma part mon métier me laisse une part de temps libre, et pour moi c’est vital d’en occuper(quand je peux) une partie avec des activités créatives qui me correspondent vraiment,ça m’aide à supporter les inévitables difficultés du quotidien…Quand j’ai du temps libre j’essaie donc de l’employer à quelque chose d’utile ou de gratifiant ou qui me permette de progresser dans un savoir-faire ou dans ma vie d’une façon ou d’une autre.Ce précieux temps, je me fais un devoir (du moins j’essaie!!) de l’utiliser d’une manière ‘intelligente'(suivant mes propres critères et valeurs),justement parce que d’autres personnes n’ont peut-être pas ce ‘luxe’ d’ ‘avoir le temps’.

    C’est ‘bien’ mais ce n’est pourtant jamais assez! Quand je vois autour de moi ou sur les réseaux sociaux des superwomen qui semblent en faire 10 fois plus que moi, qui ont moins de temps libre ET qui gèrent(bien!)les enfants ET qui trouvent encore le temps d’apprendre des savoir-faire tels que la couture(qu’elles pratiquent avec brio!), je suis réellement admirative et je culpabilise de ne pas en faire bien plus! Souvent on dirait bien que ce sont celles qui ont le moins de temps qui se débrouillent pour en faire le plus! C’est sûr, je dois pouvoir faire mieux! En redéfinissant mes ‘gros cailloux’ ou en mettant du sable plus fin dans les interstices!

    Répondre
  27. PAULETTE TROTIN 19 novembre 2015

    bonsoir Louise, ton billet est très intéressant , enrichissant et plein de sagesse. Tu devrais mettre un petit caillou dans ton bocal qui aurait pour objectif d’écrire un livre car tu es très douée dans ce domaine également et , sans flagornerie, tout ce que tu nous fais partager de ton quotidien est un véritable bonheur pour nous toutes, jeunes ou moins jeunes. Encore merci pour tous ces bons moments passés le sourire aux lèvres, grâce à toi.
    Bisous

    Répondre
  28. Julchen 19 novembre 2015

    Merci pour cette jolie parabole que je ne connaissais pas ! Mon problème, c’est que j’ai tendance à avoir trop de cailloux de la même taille, et j’ai du mal à supporter la frustration. J’ai accepté que mon pot ressemble au thermomètre de Galilée, avec ses bulles qui montent et qui descendent en fonction des besoins et des envies, et ça va mieux :).

    Répondre
  29. Rouge velours 19 novembre 2015

    Idem pour moi! Je pense tout le temps que je n’ai pas le temps. L’histoire du prof est très intéressante et est à méditer. Quels sont les gros cailloux? Là est la question!
    Pas facile d’y répondre!
    Merci beaucoup Louise pour ce bel article!

    Répondre
  30. mag coutures 19 novembre 2015

    merci c’est tellement vrai!!!

    Répondre
  31. AxelleC 19 novembre 2015

    Je connaissais déjà cette histoire, que je trouve joliment imagée ! Et pour moi aussi la couture est un gros caillou dans ma vie actuelle…

    Répondre
  32. clementine 19 novembre 2015

    Merci pour ce message, j’avais déjà lu cette « histoire » et ça m’avait chagriné…..la maladie m’a beaucoup changée et là ou je n’aurais jamais rien laissé des taches ménagères (mais j’étais une maman et je travaillais à l’extérieur), maintenant je vais à l’essentiel et n’ai plus que moi à m’occuper.j’ai 3 cailloux qui pèsent, le point compté, la lecture et la couture. En couture je ne suis pas d’un grand niveau mais j’ai envie de progresser……
    Merci pour tout ce que tu partages avec nous et bonne continuation.

    Répondre
  33. mamounette 19 novembre 2015

    Trop génial,
    moi je brode machine, je passait tout mon temps libre en plus de mon travaille à coudre et broder pour vendre c’était mon gros cailloux qui prenait de plus en plus de place dans mon vase à moi et il n’y a pas longtemps je me suis dit je ne coud plus du tout pour moi et ma famille, plus de vêtements, mes rideaux pas fait, mes kits achetés de ci de là qui s’entassent, ces jolies patrons de sacs pleins mes tiroirs….et ces sans dire que ma brodeuse ne me sers plus du tout pour moi et j’ai crié STOP j’étouffe,

    Je cuisine plus pour ma famille, les rideaux de ma fille tiennent avec des épingles depuis six mois,
    J’ai recentré mes envie à moi et hop rideaux fait + des petites broderies dessus pour ma fille, des tournées de brioches on embaumées les goûtés des ma petite famille, j’ai ressorti un tricot endormie et rouverts mes livres de patrons….
    .Aujourd’hui je prend beaucoup de plaisir à faire mes obis et même la maison et à jour, c’est que du BONHEUR. Posez vous les bonnes questions il faut se lancer ça fait un bien FOUUU.
    Merci à toi Louise pour tes jolies créations et tes jolis messages,
    Mamounette

    Répondre
  34. lili 20 novembre 2015

    Bonjour Louise, votre texte m’a beaucoup fait sourire car pour moi c’est bien ce problème du temps qui m’a fait venir à la couture et sur votre site pour ma 1ére couture (un sac grâce à votre tutoriel).
    Parce que moi je m’ennuyais ! J’ai un travail que j’adore, un conjoint que j’aime encore plus, des amis mais il me manquait quelque chose.
    Alors après ma passion des perles et des arts plastiques dans ma jeunesse je me suis mise à la couture. Depuis 1 an et demi je ne m’ennuie plus, je crée, je m’éclate et j’ai vraiment l’impression d’avoir trouver exactement ce qui me convient !

    Depuis quelques (longues) semaines, je suis en arrêt (pour une très heureuse raison puisque bébé est en cours de réalisation lui aussi). Là encore se pose la question du temps, parce que moi du temps j’en ai un peu trop en ce moment (et oui on est jamais satisfait !) mais heureusement ma machine à coudre et la communauté couture et là pour me tenir compagnie.

    Surtout que je sens que dans quelques mois j’en manquerai de temps…

    Répondre
  35. Magali 20 novembre 2015

    Bonsoir louise, tu as raison il faut trouvé ses priorités moi j ai 5 enfants à la maison, je travaille et je trouve le temps de faire mon ménage et coudre parce que j adore ça la couture pour moi c’est de la magie.
    Bravo louise pour tous ce que tu fais,tous les soirs j ai hâte de voir si tu postes quelque chose continue de nous faire rêver.

    Répondre
  36. margflorence47 20 novembre 2015

    Merci pour cette articles qui nous touche tous .
    tu à raison pour ce sentir heureuse il faut mettre ses cailloux en priorité .Pour moi ma famille , la broderie ,la couture et mes amies .Le reste passe bien après .Mes journées son très chargé avec 2 filles qui faut porter à l’école ,aux sport …. mais je me ressource dans mon atelier très souvent même pour ranger, sa me fait du bien de me retrouver avec moi-même .
    Très belle journée
    et bonne création

    Répondre
  37. Anne Lise 20 novembre 2015

    Très beau billet illustré par un exemple on ne peut plus explicite! tellement vrai! Merci pour ce partage

    Répondre
  38. misslyne 20 novembre 2015

    coucou tu as tout compris Louise, avec un mari un boulot 2 enfants une maison un jardin j’ai toujours toujours réussi à mettre tous mes cailloux dans ma boîte…. là je suis mamie de 2 ptits amours et encore tout rentre dans la boîte! !!!! elle n’est pas belle la vie? ??????? Fais ce qui te plaît c’est essentiel! !!!! bisous

    Répondre
  39. juliemignardises 20 novembre 2015

    Bonsoir Louise,

    je lis ton blog depuis un moment déjà, j’ai usé et abusé de ton tuto sur les papillons en origami-couture, j’ai suivi l’ouverture de ta boutique etsy …
    Je ne suis très douée pour laisser des messages sur les blogs, j’ose à peine aimer tes publications instagram, mais j’ai ouvert un blog récemment et j’aime bien lire les petits mots de personnes qui y passent…
    Bref ce soir j’ose parce que ton article me parle tellement…
    Certes comme certaines l’ont dit, je n’ai pas le gros caillou « enfant », j’ai un conjoint top qui me comprend, mais je suis agacée d’entendre « ah mais toi tu as le temps… »
    Je suis professeur des écoles en plus, autant dire que c’est comme si je ne travaillais pas hein…
    Comme tu l’as dit, tout est une question de priorité, et la mienne pour l’instant est de « créer », bidouiller, librement…
    Et tout ça sans culpabiliser !
    Merci pour tout ce que tu partages sur la blogosphère ! ❤

    Répondre
  40. Mademoiselle M. 21 novembre 2015

    Quel joli texte! Merci, Louise, pour tes posts toujours plein de bon sens. Tu as tout à fait raison. Avec nos vies à 100 à l’heure, on est comme pris dans un tourbillon et on oublie ce qui compte vraiment. C’est tellement bénéfique de s’arrêter de temps en temps et de se demander comme tu dis, « quels sont les gros cailloux dans ma vie? ». Il est bon aussi parfois de remettre les choses en perspective : on a tendance à accorder trop d’importance à certaines choses. Pour remettre un peu mes pendules à l’heure, j’essaie de me poser la question : « est-ce que dans 5 ans, je me souviendrai encore de ça? » Quel importance si le ménage n’est pas fait rigoureusement toutes les semaines? Est-ce vraiment si grave si j’attends une semaine de plus avant de faire ma lessive? Qu’est-ce que j’ai fait aujourd’hui qui me rend vraiment heureuse? Je pense que c’est bien ça qui doit être notre priorité. Profiter de chaque instant et savourer chaque petite pepite de bonheur. Belle soirée à toi.

    Répondre
  41. gaellese 23 novembre 2015

    Bonjour Louise,
    c’est marrant ton article fait écho à celui que j’ai écrit pour ouvrir mon blog, quel temps pour la couture et tout ce qui peut se cacher derrière ce « j’ai pas l’temps ».
    Je ne connaissais pas l’histoire des cailloux, c’est très parlant !
    Profite bien de ce que tu prends pour faire ce que tu aimes :-)
    Gaëlle

    Répondre
  42. Mare-Ange 23 novembre 2015

    Bonsoir Louise,

    Je pense que mon gros problème, c’est que je dois avoir trop de gros cailloux… Il est vrai que parfois (toujours…) j’ai l’impression de manquer de temps, de courir après celui-ci, que ma vie professionnelle ne me laisse aucun répit, et je dois dire que je n’ai pas encore trouvé le bon équilibre. Mais je ne perds pas espoir.
    Néanmoins, je trouve toujours quelques instants pour faire ce que j’aime : regarder ton blog et lire les nouveaux billets que tu nous laisses. ;-)
    Bisous

    Répondre
  43. Pascale 24 novembre 2015

    Bonjour Louise !
    Merci et bravo pour votre article ! Je me suis complètement retrouvée dedans. Il est vrai que j’ai du mal à passer aux choses sympas (couture, broderie, bricolage…) tant que les corvées ne sont pas terminées. Alors depuis le 19, j’essaie de changer mes habitudes en gardant à l’esprit votre article. Par contre, une chose est certaine, je repousse souvent les activités créatives prétextant ne pas avoir le temps car j’ai du mal à me lancer si je ne suis pas certaine du résultat. Je préfère ne rien faire plutôt que d’être déçue…c’est bête. Alors inutile de vous dire que j’attends avec impatience votre prochain article sur « j’ai peur de ne pa y arriver ».
    Encore merci et à très vite ?
    Pascale

    Répondre
  44. Nadia Clement 24 novembre 2015

    Le temps passe et les choses changent comme chaque étape de notre vie. Le gros caillou d’aujourd’hui ne sera pas forcément celui de demain, nous nous adaptons pour saisir au mieux chaque instant. Mes filles ont grandi, j’apprécie des choses différentes alors je consacre du temps à mes loisirs favoris. Je débute en couture et je pense que c’est le bon moment maintenant. Merci pour l’article et le blog très motivant

    Répondre
  45. Princess Clarinet 26 novembre 2015

    J’aime beaucoup cet article qui donne à réfléchir. J’applique déjà ce principe et je sais déjà ce qui est important pour moi. Même si j’ai une petite fille de bientôt 2 ans, je ne me vois pas ne pas coudre, c’est mon espace d’oxygène. Je discute souvent avec une amie qui a 2 enfants et pas vraiment de loisirs, en dehors des sorties avec ses enfants, et elle me demande comment je fais pour trouver du temps pour coudre ? Je lui réponds bah que je ne passe pas l’aspi toutes les semaines, je préfère faire mon loisir que mon ménage. Tant pis, on en mourra pas si le sol n’est pas nickel (et de toute façon quand je couds dans le salon, j’ai mets de morceau de tissus et de fil partout donc ça sert à rien de nettoyer ;-) ). Mes gros cailloux c’est ma fille (qu’elle dorme et mange bien avec des plats maison), ma famille, la couture et au milieu de tout ça je case le boulot parce qu’il faut bien bosser pour acheter du tissus et donc coudre de nouveau ;-)

    Répondre
  46. Yolande 6 décembre 2015

    Merci pour cet article qui m’est allé droit au cœur. J’aime bien coudre, et faire d’autres choses encore, mais j’ai effectivement du mal à m’organiser et à faire ce que j’aime au final.
    J’ai l’intention de suivre ton exemple, en vue de revoir mon organisation et de classer mes « gros cailloux ».
    Merci encore et bon courage.

    Répondre
  47. Cécile Tavernier 20 décembre 2015

    Merci pour ce très beau billet ! Je craignais de ne pas avoir le temps de le lire… Il ouvre bien des horizons. Merci encore.
    Passez de joyeuses fêtes !
    Cécile

    Répondre
  48. Knithisew 8 janvier 2019

    En ce moment je ne me donne pas le temps de coudre et la question de la peur y est probablement pour quelque chose car dernièrement je n’ai pas réussi grand chose et je n’ai pas envie de me rater de nouveau.
    Merci pour cet article.

    Répondre
    1. LesLubiesDeLouise 13 janvier 2019

      Avec plaisir pour l’article. Je te souhaite de t’accorder des moments couture en cette nouvelle année ! C’est en faisant qu’on progresse le mieux. :)

Laissez moi un petit mot, cela me fait toujours chaud au cœur ! ♥

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :