Tags

, , , , , , ,

Mon long break m’a permit de réaliser plein de choses… et en particulier que je ne terminais jamais ce que je commençais.

giulia-camera-computer-jump-Favim.com-518801

Peut-être est-ce votre cas à vous aussi. Vous avez plein d’idées en têtes, vous commencez beaucoup de projets et vous vous arrêtez en plein milieu pour un tas de « bonnes raisons« . Vous laissez traîner les choses des jours et des jours pendant lesquels vous entamez d’autres projets qui subiront le même sort.

Je ne sais pas trop pourquoi j’agissais comme ça mais je me suis rendu compte que c’était vraiment mauvais pour le moral. Vous le savez, je suis très créative et j’ai commencé énormément de projets dans ce domaine en particulier. Il y a par exemple ma commode que j’ai commencé à customiser, que j’ai abandonné pour faire des vêtements que certains ont été abandonnés pour d’autres, puis j’ai commencé mon coussin en crochet que j’ai laissé de côté pour faire une couverture… Ça parait peut-être futile car c’est dans le domaine créatif mais je suis pareille dans tous les domaines de la vie : le boulot, les tâches ménagères, le sport, etc, etc…

C’est une habitude très ennuyeuse car à multiplier les activités non terminées, on encombre notre esprit inutilement et on évite habilement les gratifications qu’on peut obtenir une fois le projet achevé. On remet tout au lendemain et on attend le dernier moment pour tout faire. C’est vraiment dommage car on devient de plus en plus surbookée et frustrée ! Et on se prive de satisfactions régulières…

Mais en agissant de la sorte on évite également les échecs… et je pense que c’est là la raison principale de ce petit manège qui n’a que trop duré. Tant que l’on ne termine pas quelque chose, le champ des possibles est ouvert et il n’y a pas de défauts ou d’échecs. Lorsqu’on est perfectionniste comme moi, on veut tellement faire les choses parfaitement bien qu’on est déçu au bout du compte parce que la perfection est inatteignable et l’échec et difficile à surmonter. Alors on repousse encore et encore l’échéance pour ne pas affronter cette triste réalité : ce qu’on fait n’est pas parfait, nous ne sommes pas parfait…

Là est la force du recul que j’ai pris ces dernières semaines. C’est d’arriver à me dire : ce que j’ai fait n’est pas parfait mais c’est très joli ainsi/ça m’a apporté du bonheur de le faire/de l’offrir/j’ai appris de mes erreurs/je suis fière de moi.

Maintenant c’est décidé, je ne commence rien de nouveau tant que je n’ai pas terminé tous mes projets en cours. Et je vais faire tout mon possible pour ne plus lâcher un projet et prendre du recul sur les conséquences de son accomplissement. S’il fallait retenir deux phrases aujourd’hui ça serait : « le mieux est l’ennemi du bien » et « tout ce qui est fait n’est plus à faire« . A méditer ! :)

Et vous, est-ce que ça vous arrive de ne pas terminer vos projets ?