Mon plaid en Granny, ou le projet le plus long du monde !

Tags

, , , , ,

J’avais envie de commencer cette année 2018 en vous présentant un projet tout particulier. Il ne s’agit ni de couture, ni de tricot, mais bien de crochet.

Pour celles et ceux qui me suivaient déjà à l’époque, j’ai appris le crochet en avril 2013. A ce moment-là, j’étais tellement emballée qu’après avoir crocheté seulement quelques motifs, je me suis mise en tête de réaliser une couverture en Granny Square. Vous savez, ces petits carrés de crochet de toutes les couleurs que l’on assemble pour faire toute sorte de choses ! Certains peuvent trouver cela vieillot ou kitch mais moi j’étais fascinée ! Certaines réalisations sont justes magnifiques et j’avais très envie d’essayer.

J’ai donc acheté mon fil (Salsa de chez Cheval Blanc) et je me suis lancée. J’ai commencé ma couverture en mars 2013… Oui, vous lisez bien, il y a presque 5 ans ! La couverture en Granny, c’est génial si vous crochetez vite, si vous ne faites que ça, si vous ne prévoyez pas une dimension incroyable ou si vous êtes hyper motivée ! Sinon très honnêtement, quand on débute c’est une mauvaise idée. Parce que c’est bien trop long !

Lorsque j’ai commencé la couverture j’étais à fond ! Je pensais que ça allait aller relativement vite car je pouvais faire 1 voire 2 carrés dans la soirée. Initialement, je voulais en faire 132… et pour compliquer les choses, je voulais qu’ils soient tous différents ! J’étais super organisée, j’avais fait mon grand tableau de toutes les possibilités à 2 ou 3 couleurs, et je cochais au fur et à mesure. Sauf que vous le voyez venir gros comme une maison, à un moment donné j’en ai eu assez de ce projet répétitif et je suis passée à autre chose. Je ne ressortais ce plaid que de temps en temps, lors de voyages dans le Nord ou avec ma maman… ou lorsque j’étais malade et que je ne pouvais pas coudre. A ce rythme, je pensais sincèrement que je n’allais jamais le terminer…

Et puis je suis tombée enceinte. Autant l’immense plaid de 132 carrés me semblait interminable, autant une couverture d’enfant pouvait être jouable. Alors, je me suis lancée un défi : terminer mon plaid en crochet avant l’arrivée du bébé. J’ai décidé de réduire l’objectif à un carré de 9 x 9 Granny. J’étais déjà bien avancée et il ne me restait qu’une quinzaine de carrés à crocheter. Et puis tout assembler.

Je m’y suis donc remise cet été ! J’ai assez rapidement disposé et assemblé les carrés déjà réalisés et j’étais motivée à bloc ! J’avais mes 8 rangs de 9 carrés terminés lorsque j’ai à nouveau eu un coup de mou. Il faut dire que je préfère largement tricoter et j’étais bien plus motivée par la layette que par mon plaid en crochet. J’étais dans les finitions de ma petite brassière orange et dans la planification d’autres projets tricot quand mon mari m’a fait remarquer qu’à ce rythme-là, je ne finirai jamais ma couverture… Il m’a demandé combien de carrés il me restait à faire… Lorsque je lui ai répondu « Je ne sais pas 4 ou 5« , il m’a littéralement rigolé au nez. « Fais-les maintenant et tu seras contente d’avoir terminé ». Il avait tellement raison, c’était ridicule de laisser traîner ce projet pour si peu de travail restant, comparativement à tout ce que j’avais déjà fait. Deux soirs pour faire mes carrés, deux pour assembler la bande et trois ou quatre autres ensuite pour finaliser le tour de la couverture (quasi une pelote par tour tout de même !). Le 18 décembre 2017, elle était terminée.

Et il avait raison mon chéri ! Moi qui ne pouvais plus voir ce plaid en peinture, j’étais très contente de l’avoir terminé. Je ne peux pas dire que je l’aime d’amour, je pense que j’y ai passé trop de temps pour ça. Mais je suis contente de l’avoir et j’aime le regarder. Le fil que j’ai utilisé n’est pas si doux, l’assemblage n’est pas régulier (ça devrait se réparer une fois lavé, si j’ai le courage de le bloquer) mais les couleurs sont belles et le rendu est frais. Et puis, c’est bien plus qu’un simple plaid à mes yeux.

Comme je le disais en introduction, ce projet c’est presque un symbole. Lorsque je repense à ce parcours créatif, je vois une analogie à ce qui se passe dans d’autres sphères de la vie. On commence des choses, on est motivé et à fond. Puis on a un coup de mou, on croit que tout est perdu, que « tant pis » on laisse tomber et on oublie… Et puis un jour l’envie revient ! On dépoussière les choses et on reprend le chemin, le moment est idéal, des personnes nous donnent un coup de pouce… Et on y arrive ! C’est tellement bon de terminer un long projet !

J’avais envie de partager cette expérience avec vous en ce début d’année 2018 pour vous transmettre ce message qui va au-delà de la création :

Quoiqu’il arrive, quelles que soient les embûches ou les détours, si on continue à avancer, même tout doucement, alors un jour on y arrive !

Voilà tout le symbole de ce fameux plaid. Et s’il peut me permettre de retenir cette idée alors il sera vraiment le plus beau plaid du monde ! 

En espérant que mon humble histoire de plaid en crochet vous donnera l’envie de reprendre vos projets délaissés… ♥

***

Patron : Modèle maison : 81 Granny de 4 niveaux assemblés en utilisant la technique de Carina’s Craft blog.
Laine Salsa de chez Cheval Blanc – 1 pelote de chaque couleur au moins + environ 10 blanches (je ne sais plus du tout ce que j’ai acheté au début et j’ai dû faire du réassort en cours de route).
Crochet : 4

Shopping :

2017, l’année des grands projets

Tags

Il y a des années pourries que l’on aspire à quitter dans l’espoir d’un avenir plus doux. Et il y en a d’autres qui ont été tellement exceptionnelles qu’on voudrait encore les étirer, juste un peu, pour faire durer le bon carma. Cette année 2017 fut de celle-là pour moi, et de manière plus générale pour ma petite famille.

Lorsque je regarde 2017, je ne peux que penser à ces deux projets immenses qui ont coupé l’année en deux : le livre et le bébé.

Tout d’abord, il y a eu le mon livre. Cette énorme bulle de travail qui m’a happée fin 2016 et qui s’est achevée en juin 2017. Ce projet, c’était quelque chose de très important pour moi. Je voulais qu’il me ressemble à 100%, qu’il soit tel que je l’avais imaginé et le mieux possible ! J’y ai mis toute mon énergie et tout mon temps. A tel point que j’ai fini par venir m’excuser par ici de ne pas être trop présente. Vous êtes beaucoup à avoir cru que j’étais enceinte à ce moment-là ! J’avoue que j’étais mi-surprise, mi-amusée. A ce moment-là avec Valentin, on ne pensait pas du tout « bébé ». Mais j’étais en train d’accoucher de mon bébé de papier et je savais que je ne pouvais pas être sur tous les fronts. J’ai passé des semaines et des mois complètements fous, à ne vivre que par le travail tout en essayant au maximum de garder le secret. Je vous ai raconté de cette aventure ici. Pour moi, il y a eu un avant et un après « livre ». Je me suis dépassée, je me suis prouvée que pouvais y arriver et après le lâché prise de 2016, en 2017 la confiance est arrivée.

Mon livre est sorti en juin. J’étais presque plus terrorisée qu’excitée de vous le montrer. Mais vos retours ont été, et sont toujours, tellement magnifiques que je ne pouvais décemment pas espérer mieux. Vous l’avez plébiscité et je ne compte plus les messages de remerciement que j’ai reçu. Il a même dû être réimprimé tellement vous l’avez adoré ! C’est tellement dingue ! Je ne sais comment vous remercier. J’avoue que la plupart du temps je ne réalise pas… C’est souvent Valentin qui me secoue à ce niveau-là. Mais je suis tellement heureuse et fière de ce projet. Et je suis surtout très heureuse de vous transmettre ma passion et mon envie, si largement. Cela a été l’occasion de nombreux échanges et de rencontres. Je regrette beaucoup de ne pas avoir pu vous rencontrer plus souvent car ces moments partagés avec vous étaient à chaque fois très émouvants et remplis de joie.

Si on remonte un peu le temps, à la fin du premier trimestre 2017, il ne me tardait qu’une seule chose : reprendre mon rythme de travail, le blog, les cours de couture et mes cousettes. Retrouver une vie « normale ». J’étais remplie de projets professionnels. Boostée par l’énergie du livre, je voulais faire plein de choses : vous proposer plus d’articles sur le blog, développer mes cours de couture, coudre un peu plus pour moi, entreprendre d’autres projets… On avait même investi dans du matériel pour tout commencer une fois le livre terminé ! C’était sans compter sur une toute petite bulle qui allait chambouler nos vies. Un mois après la sortie du livre, je lâchais la seconde bombe de l’année : j’étais enceinte.

On le sait, dans la vie on ne maîtrise pas tout mais je suis de celles qui pense que tout arrive à point. Je ne pensais pas que j’aurai pu être aussi heureuse d’être future maman. Au début, j’ai cru naïvement que je pourrai continuer ma vie « normalement » mais il a très vite fallu adapter les plans et l’énergie à dépenser en fonction des aléas de la grossesse et des mois qui passaient. J’ai tout de même un peu cousu, pour moi version grossesse puis pour le bébé. Mais pas autant que je l’aurai initialement voulu ! Et surtout, je ne vous ai pas tout présenté ici. Je n’ai pas envie de revenir sur les raisons à cela mais ce qu’il faut retenir c’est que je me suis écoutée. On peut le dire : je ne me suis jamais autant regardé le nombril ! Parce que pour la première fois de toute ma vie, il fallait que je prenne absolument soin de moi. On sait tous comme on s’arrange avec le travail, la nourriture, le sport, les impératifs, les apéros, le stress, la maison, ou le sommeil ! J’étais une championne toute catégorie du « tant que ça ne lâche pas, je tire sur la corde » . Et avec le sourire ! Je me fichais un peu de me préserver car je préférai largement avoir une vie passionnée et débordée qu’une vie reposée. En 2017, j’ai du vraiment m’écouter parce que cela n’engageait plus que moi mais également la santé du petit bébé. J’ai donc appris à le faire, j’ai savouré chaque journée, j’ai fais attention et surtout, je suis restée bouche bée par le miracle de la nature. Ce petit bébé n’est même pas là qu’il m’a déjà tant apporté… ♥

D’un point de vue couture, cette année est une petite déception. Je me suis souvent sentie frustrée de ne pas pouvoir coudre telle ou telle chose. Par manque de temps en début d’année, par fatigue au second trimestre, et par « volume » au dernier. Seul le troisième trimestre 2017 m’a épargnée et c’était des supers moments où j’étais ultra productive ! Si je calcule, le rendement est tout de même pas si mal. On dirait bien que malgré tout, j’ai cousu 11 hauts, 2 jupes, 14 robes, 1 short, 2 pantalons, 1 culotte, 1 manteau, 1 sac, 9 accessoires bébé, 6 vêtements bébé, 2 déguisements, plein de décorations pour la maison et 3 tutos. Il est fort probable que je vais devoir revoir mon organisation « couture » pour arriver à me faire plaisir l’année prochaine. Car quoiqu’on puisse me dire – ne vous embêtez pas à le faire du coup ;)– je ne conçois pas d’arrêter cette activité si importante pour moi et qui fait également partie de mon travail.

Autre surprise de 2017, le tricot ! Qui dit fatigue, dit canapé. Et pour moi, qui dit canapé, dit tricot (je suis incapable de rester sans rien faire) ! Cette fin d’année, j’ai passé pas mal de temps à me reposer avec les aiguilles à tricoter à la main. Et mine de rien, une maille après l’autre, j’en ai tricoté des choses ! Et le mieux dans tout ça c’est qu’au plus on tricote, au plus on va vite et au plus on s’améliore. Moi qui étais une tricoteuse du dimanche, j’y ai carrément prit goût. Je comprends bien mieux l’addiction qu’on peut avoir à tricoter et j’ai envie d’essayer tout un tas de choses ! J’ai eu beaucoup de chance car le père Noël m’a apporté du super matériel pour continuer dans ce sens. Et je pense qu’avec un bébé, il est plus facile de tricoter que de coudre. J’espère que ça ne vous ennuiera pas de continuer à voir passer quelques mailles par ici ! ;)

Je ne vais tout de même pas terminer ce billet sans vous remercier. Vous êtes toujours au rendez-vous par ici ou sur les réseaux sociaux et chaque jour un peu plus nombreux. Je sais que la plupart d’entre-vous lisent ces mots en « sous-marin ». Mais il arrive de temps en temps que par le biais d’un jeu concours ou d’un billet je prenne la réelle mesure du nombre de personnes qui me lisent. Et ça me fiche carrément le tournis ! Je ne sais pas exactement combien vous êtes de lecteurs réguliers. Je regarde à l’instant les statistiques et cette année, il y aurait eu plus de 600 000 personnes de passage par ici, pour plus de 2 700 000 pages visionnées. Voilà, voilà, je comprends mieux pourquoi je ne regarde jamais. Il y a de quoi avoir la tête qui tourne !! Je voulais encore une fois vous remercier pour vos messages bienveillants, vos photos, vos témoignages, vos partages, etc… Tout cela me porte et fait partie de mon bonheur quotidien. Merci vraiment pour tout ça ♥

Et merci également à toutes celles qui sont venues jusqu’à mon atelier à l’occasion de cours de couture. J’ai passé tellement de bons moments avec vous que j’ai eu beaucoup de peine à les fermer au moment de mon arrêt. Cela a été mon petit crève-cœur de la fin d’année et il me tarde de pouvoir reprendre cette activité qui m’apporte tant de joie.

Avant, je partageais avec vous mes bilans mois par mois mais cette année je ne l’ai pas fait. Je devrais peut-être reprendre ça, c’était plutôt chouette ! Du coup, je me retrouve avec énormément de photos « souvenirs » de 2017 et j’en partage une sélection avec vous. Cela me rappelle tant de beaux souvenirs…

Comme vous le voyez, l’année 2017 était riche. Elle s’achève pour moi avec beaucoup de sérénité et de bonheur. (Serait-ce la sagesse de la trentaine ? Ah, ah !). Et tout le monde s’imagine bien que 2018 aura elle aussi son lot de surprises et d’aventures ! 

Je ne sais même pas quoi espérer pour cette nouvelle année qui va commencer. Il y a la santé, bien sûr, la chose la plus importante de toute. Mais pour ce qui est du reste, tout sera tellement chamboulé que j’ai du mal à me projeter. Je n’ai pas d’autre vœu que celui de faire de mon mieux. Je n’ai pas envie de faire des plans sur la comète pour le blog, la couture ou d’autres projets. Mais je pense que je vais plutôt de suivre mon instinct au jour le jour. Je crois que c’est ce qu’il y a de mieux à faire lorsqu’on ne sait pas trop où l’on met les pieds.

« Rester ancrée sur ce que je sais stable et bon pour moi, lâcher prise sur ce qui n’est pas si important et faire de mon mieux avec les moyens dont je dispose pour tout le reste. »

Aller, je me souhaite ça pour 2018 ! Je pense que c’est plutôt sage et en accord avec mes valeurs profondes. On en reparle dans 12 mois pour voir ce qui en sera ressorti ? ;)

***

Sur ces jolis mots je vous souhaite un très bon réveillon et tous mes meilleurs vœux pour cette année 2018. Prenez bien soin de vous et de vos proches.
Et n’oubliez pas le plus important : toujours bien rigoler ! ♥

Des bises à tous, et passez une merveilleuse année !

 

Brassière à torsades et bonnet coordonné

Tags

, , , , , , , ,

Au plus je tricote, au plus j’ai envie de tricoter !

A force d’engloutir des mailles ces derniers temps, je pense que j’ai passé un cap en tricot. Je me sens beaucoup plus à l’aise avec mes aiguilles, je vais de plus en plus vite, je ne perds plus de mailles, et surtout, je me sens capable d’envisager des projets un peu plus compliqués.

En flânant dans ma petite mercerie de quartier, je suis tombée en arrêt devant de le magasine n°182 de Bergère de France. J’ai complètement craqué pour la petite brassière à torsades de la photo de couverture. Et à peine ma marinière terminée, j’ai entrepris de tricoter ce modèle dans la version garçon.

J’ai choisi d’utiliser la laine Pingo douceur n°4 couleur Grenadine que j’avais achetée lors d’une précédente commande. Je suis trop fan de cette couleur qui se situe entre l’orange et le brique. Je pense que c’est joli pour un garçon comme pour une fille, et ça change un peu. Associée à du bleu marine ou du beige, ça sera trop chic ! Cette laine, c’est toujours un bonheur à tricoter. Elle est super douce et brillante. Je trouve qu’elle met bien en valeur les mailles et de ce fait les différents points que l’on réalise. J’ai préféré tricoter la taille de fil n°4 par rapport au numéro n°6. Mais je pense que c’est principalement parce que je m’améliore en tricot et que j’aspire à plus de finesse et de délicatesse. Comme recommandé dans le modèle, j’ai utilisé des aiguilles 3,5 pour le point mousse et des aiguilles 4 pour le reste.

Je n’ai rencontré aucun problème avec ce modèle. J’ai eu beaucoup de plaisir à le tricoter et j’ai trouvé qu’il a été super vite ! Je pense que je suis tombée amoureuse des torsades ! Moi qui en avais très peur avant, je trouve ça trop sympathique à réaliser maintenant. J’ai tricoté une taille 3 mois et j’ai utilisé moins de deux pelotes de laine. Ce qui fait moins de 4 euros l’ensemble, je n’en revenais pas ! A ce prix-là, je ne vais pas me priver de continuer à tricoter des mignonneries même si elles ne sont que peu portées. D’autant que ça me fait trop plaisir ! :)

  

Avec ce qu’il me restait, j’ai tout d’abord voulu tricoter des petits chaussons coordonnés. En réalité, je n’ai pu en faire qu’un seul ! Ce qui est complètement inutile, nous sommes bien d’accord. Je l’ai donc détricoté pour récupérer la laine et réaliser ce petit bonnet. C’est super facile et vite fait. Et le métrage de laine qui me restait était tout juste parfait. Avec mon tout petit reste, j’ai même pu faire un mini pompon… une affaire rondement menée pour zéro chute de laine !

Vous l’avez compris je pense, je suis trop heureuse de cette petite brassière et de son bonnet coordonné. Et j’ai beaucoup trop hâte de l’utiliser !

***

Patron : Brassière et bonnet n°6 du magasine n°182 de Bergère de France – Taille 3 mois
Laine  Pingo douceur n°4 couleur Grenadine
Aiguilles : 3,5 et 4

Shopping :

A bientôt ! :)